Dans le cadre du projet WES, j’ai été appelé à noter plusieurs plans d’affaires élaborés par des femmes en vue d’obtenir des prix qui pourraient les aider à monter leurs projets. Ces dossiers ont été faits en collaboration avec les centres ACG Sfax, TAMSS Tunis, et La Ruche à Tozeur. En tant que Jury, j’ai apprécié de voir le talent de certaines candidates à élaborer un dossier complet comprenant des données chiffrées allant de l’étude de marché et les dépenses détaillées prévues pour mettre en route leurs projets. Il est intéressant également de constater que la créativité de ces jeunes femmes leur permettra sûrement d’avancer dans la mise en œuvre de leurs projets même si elles ne remportent pas les premiers prix.

Par ailleurs, nous devons encourager l’entrepreneuriat féminin car il représente une proportion importante de la société tunisienne. D’autant plus qu’il s’agit là de beaucoup de créativité qui peut faire la différence sur notre marché. En effet, il s’agit d’un réservoir de compétences qu’il faut laisser émerger vu qu’en Tunisie la proportion des femmes diplômées de l’enseignement supérieur devient importante que celle des hommes. Certains métiers, tel que l’artisanat, sont souvent maîtrisés par les femmes et nous avons tout à gagner de les encourager afin de perpétuer cette tradition et de ne pas enterrer ce savoir-faire qui se fait de plus en plus rare tel que le tissage.

En encourageant l’entrepreneuriat féminin, nous garantissons également la création d’emplois et donc la diminution du chômage. De plus, les femmes peuvent représenter un des vecteurs de la réussite économique. Elles pourront ainsi être un exemple dans les communautés de manière à faire développer les mentalités et ne pas stigmatiser les femmes à rester chez elles sans emploi. Elles peuvent être elles aussi des membres actifs de la société, ayant des revenus et créant de l’emploi.

Majdi HASSEN, blogueur invité, est un Membre du Comité de Sélection du Business Award WES et un expert en entrepreneuriat.