Meilleures Histoires De Nos Entrepreneurs

Sana Elleuch

Secteur d’affaires: Conception de vêtements

Avant de rejoindre le programme WES, Sana Elleuch rêvait de lancer sa propre entreprise de design de vêtement. Alors qu’elle avait fait une formation professionnelle en couture, Sana savait qu’elle aussi avait besoin d’expérience dans la création et la gestion d’un budget. Son cousin lui a recommandé le Centre WES comme un environnement favorable qui pourrait l’aider à poursuivre ses initiatives entrepreneuriales. Elle s’inscrit alors dans une formation d’éducation financière au Centre WES de l’ACG à Sfax et lance une entreprise de fabrication de maillots de bain couverts et non couverts, un marché en plein essor en Tunisie. « Grace au programme WES, je suis devenue plus créative et financièrement indépendante », affirme-t-elle. Sana se concentre sur la l’élargissement de sa base de clientèle et, en utilisant les compétences qu’elle avait acquises à travers le programme WES, elle a créé une base de données des clients actuels et potentiels. Elle rencontre ces propriétaires de magasins régulièrement pour présenter des échantillons de ses créations et élargir le nombre de boutiques qui portent sa ligne de maillot de bain. En fin, Sana aimerait ouvrir son propre magasin.

Yosra Khazri

Secteur d’affaires: Architecture d’intérieur

Yosra Khazri a eu formation en design à l’Université. Elle a acquis une expérience professionnelle dans les relations avec la clientèle et la gestion du personnel, tout en gérant un magasin de design de meubles à Tunis depuis plusieurs années. Yosra a toujours rêvé d’être son propre patron. Elle a décidé d’en faire une réalité après s’être mariée et se déplacer avec son mari à sa région natale Zarzis, où, comme Yosra explique, elle se retrouve «coincée dans la routine quotidienne avec rien à faire»: Elle a entendu parler du Centre WES de l’ADDCI et donc s’est inscrite dans le cours de formation en Entrepreneuriat au sein duquel elle a mené des études de marché et créé un plan d’affaires. Elle a lancé son entreprise de design d’intérieur, « Dari » (Ma Maison), directement dans le secteur formel. Yosra a élargi son entreprise par l’acquisition d’une salle d’exposition pour exposer ses modèles de cuisine. Dans l’avenir, Yosra prévoit de diversifier ses produits et recruter trois employés permanents pour l’aider à tourner son atelier.

Fathia Arfaoui

Secteur d’affaires: Alimentaire Artisanat

Fathia Arfaoui est un boulangère et cuisinière qui a beaucoup de talent. Elle a fait des produits alimentaires pour sa famille et ses amis aussi longtemps qu’elle se souvienne. En souhaitant transformer son passe-temps en une profession génératrice de revenus, Fathia s’est inscrite dans une formation en Entrepreneuriat et Education financière au Centre WES La Ruche à Tozeur. Avec les compétences qu’elle a acquises à travers les formations, le personnel du Centre WES lui a recommandé de diversifier ses produits et l’a aidé à identifier un ensemble de plats qu’elle pourrait faire à partir des dattes, un fruit très demandé à la fois en Tunisie et à l’étranger. Fathia a lancé son entreprise alimentaire qui fait du café, des desserts et des plats pour les cérémonies traditionnelles à base des dattes. Le personnel du Centre WES l’a encouragé à lancer son entreprise directement dans le secteur formel et a travaillé étroitement avec elle pour développer un plan d’affaires et compléter les documents nécessaire pour enregistrer son entreprise officiellement. Depuis lors, Fathia a remporté un Prix d’Entreprise (Business Award) WES et utilisé les fonds pour acheter un four et de la matière première pour son entreprise. Voulant augmenter la visibilité de son entreprise et attirer de nouveaux clients, Fathia a travaillé avec le personnel du Centre WES pour ouvrir un petit magasin d’alimentation dans le souk de Tozeur. On l’a encouragé à organiser un événement de lancement et on l’a coaché sur la façon d’inviter les médias locaux afin de promouvoir davantage son entreprise. Fathia explique que l’événement du lancement l’a aidée à gagner en crédibilité ainsi que de nouvelles clientèles.

Chadleya Idriss

Secteur d’affaires: Jouets en bois

Chadleya Idriss a commencé à fabriquer des jouets pour ses enfants en utilisant du bois transformé quand ils étaient jeunes. Ce passe-temps lui a permis de faire des jouets à la fois amusants et sûrs pour ses enfants en ces temps difficiles et protéger l’environnement en utilisant des matières qui autrement auraient été jetés. Comme ses enfants ont grandi, elle a eu l’idée et le rêve d’ouvrir sa propre entreprise de jouets. Chadleya a participé à la formation en Entrepreneuriat organisée par le Centre WES de l’UNFT à Kairouan et a travaillé en étroite collaboration avec le personnel du Centre pour mener des études de marché sur l’industrie locale de fabrication de jouets. Grâce aux compétences et à la confiance qu’elle avait acquises à cette formation, Chadleya a lancé sa nouvelle entreprise, Toy Story, en 2014. Chadleya a réussi à multiplier ses ventes après avoir remporté un Prix de l’entreprise (Business Award) WES, qui a en partie financé une campagne de marketing et l’a aidé à créer des emballages personnalisés.

Zina Ammar

Secteur d’affaires: Tapis

Zina Ammar a acquis ses compétences en fabrication de tapis à travers les femmes de sa famille. Alors que ses compétences ont augmenté au fil du temps, son manque de confiance en soi et sens des affaires ont limité son succès. Après avoir participé aux formations en Leadership, Entrepreneuriat et Education financière organisées par le Centre WES de l’ADGS à Gafsa, elle a eu un nouveau regard sur elle-même et sur le monde des affaires. « Maintenant, je me respecte et je respecte mon travail encore plus », commente-t-elle. Avec le soutien du programme WES, Zina a élaboré un plan d’affaires et a obtenu un microcrédit pour améliorer la qualité de son équipement et matériel. Avec des fonds supplémentaires du Prix de l’entreprise (Business Award) WES, Zina a conçu plus de produits et a gagné une nouvelle clientèle, ce qui lui a fourni des revenues supplémentaires nécessaires pour embaucher du personnel et enregistrer son entreprise. Zina a élargi son entreprise après avoir remporté un prix concurrentiel offert par le Centre WES, appelé « Gafsa crée », qui accorde des crédits aux femmes artisanes distinguées pour l’équipement et les matières premières. Grâce à ce prix, Zina a également pu accéder à une salle d’exposition permanente à l’ADGS pour exposer et vendre ses produits. Zina, une femme timide, n’a jamais quitté la maison ; mais maintenant elle dirige sa propre entreprise qui emploie 15 personnes, y compris son mari!

Nabiha Zaghouani

Facebook: Poterie Kairouan
Secteur d’affaires: Céramique

Nabiha Zaghouani, spécialiste qualifiée en fabrication de la poterie, a grandement bénéficié de la formation et de l’encadrement fourni par le Centre WES à Kairouan, qui lui a permis de développer son activité de poterie, « Poterie Kairouan », et payer la sécurité sociale et l’assurance médicale à ses employés pour la première fois. « [WES] a rendu mes employés plus productifs et plus confortables de travailler pour mon compte », Nabiha a dit. Nabiha a utilisé des fonds qu’elle avait gagnés dans le cadre du Prix WES de l’Entreprise Féminine pour augmenter la visibilité de sa marque en achetant une page dans e-boutique et dans un magazine en ligne. Et depuis, Nabiha a élargi son activité en ouvrant un studio à Nabeul; une zone en Tunisie connue depuis longtemps pour les grandes compétences de ses potiers. Avec plus de travailleurs de poterie expérimentés dans ce domaine et en étant plus proche des matières premières et de sa clientèle, les marges de profit de Nabiha ont augmenté depuis l’ouverture de son deuxième studio.

Essia Marzougi

Secteur d’affaires: Textiles

Essia Marzoughi a grandi dans une famille d’artisans originaire de Kairouan. Elle a été exposée à l’art de l’artisanat traditionnel à un âge précoce. Elle a lancé son entreprise de fabrication de tapis, broderies et bijoux il y’a plus de 30 ans et elle est très active dans la formation des femmes dans ces formes d’art traditionnelles. Avant de rejoindre le programme WES, Essia a lutté pour trouver et recruter des employés qualifiés. Elle savait aussi qu’elle avait besoin de plus de soutien dans la gestion de ses finances surtout que son entreprise continuait à croître. Elle s’inscrit alors dans une formation à l’entreprenariat à son Centre WES local qui lui a permis de développer une nouvelle stratégie pour cibler des employées femmes potentielles dans les zones rurales. En suivant cette approche, Essia a pu recruter de nouvelles employées qui sont aujourd’hui 20 femmes. « Ma participation au formation[s] [WES] … m’a aidé à améliorer la gestion interne de mon entreprise et présenter mes produits d’une manière plus attrayante », explique-t-elle. En outre, grâce au programme WES, Essia a pu développer son activité et son réseau, et elle commence à vendre ses produits à des hôtels dans les zones touristiques en Tunisie. « Pour moi, WES est l’une des meilleures expériences que j’ai jamais connues. Il m’a permis d’élargir mon réseau, découvrir d’autres femmes … et préserver le patrimoine traditionnel de Kairouan », déclare Essia. Elle explique que, en restant fidèle à sa passion et ne jamais abandonner, son entreprise sera capable de continuer sa croissance.

Naima Jenayah

Facebook: Kaser ennour
Secteur d’affaires: Food Service

Alors que les cafés fragmentent les zones urbaines et rurales de la Tunisie, beaucoup sont remplis avec des hommes qui jouent aux cartes, discutent des événements actuels ou regardent le sport. Les femmes se plaignent souvent des regards et de l’harcèlement verbal qui les empêchent de fréquenter les cafés dominés par les hommes. Elles ont très peu d’options quant aux lieux de rencontre à l’extérieur de la maison. À Kairouan, on avait besoin, depuis longtemps, d’un espace dans le centre de la ville où les femmes se sentent invitées à se rencontrer et échanger des idées. Naima Jenayah, cheffe de la section locale de la Chambre nationale des femmes chefs d’entreprises (CNFCE) à Kairouan, a vu ce défi et a décidé de le transformer en une opportunité. En juin 2014, Naima a ouvert « Kasr Ennour » (Palais de la lumière), le premier café pour les femmes à Kairouan. Juste à temps pour le Ramadan, quand beaucoup de gens allaient dans les cafés après avoir rompu leur jeûne pour célébrer avec les amis et la famille, Kasr Ennour est devenu un endroit sûr pour les femmes pour se voir et parler de manière informelle.

Naima, avant d’ouvrir le café, louait l’immeuble dont elle est le propriétaire pour les grands événements tels que les mariages. Mais les voisins se plaignaient du bruit ce qui l’a obligé de fermer son entreprise. Peu après, son mari est décédé et Naima est devenu le gagne-pain de sa famille. Elle savait que son prochain projet d’entreprise devait être un succès. Alors, elle s’est inscrite aux cours de formation en Entrepreneuriat et e-Commerce au Centre WES de l’association Union Nationale des Femmes Tunisiennes (UNFT) à Kairouan. Naima a utilisé ses propres économies pour refaire le design de l’espace et le transformer en un endroit chaleureux et accueillant pour les femmes. Pour répondre à la demande croissante des clients depuis son ouverture, Naima a déjà embauché trois femmes pour la soutenir dans le succès du café.

Lamia Ben Ali

Secteur d’affaires: Pâtisserie / Produits de boulangerie

Lamia Ben Ali a travaillé comme formatrice pâtissière dans plusieurs centres de formation avant de participer à des formations WES dans le Centre WES de l’association NOOR pour le Développement Humain à Sousse. Lamia explique que, à travers les formations WES, « [j’ai] pu acquérir plus de confiance en moi et j’ai commencé à avoir une vision claire pour mon avenir. C’était … le bon moment pour moi de lancer ma propre entreprise ». Au début, elle a utilisé ses économies pour construire des fours de cuisson dans son garage, embaucher un salarié et lancer son entreprise de boulangerie, « The Old Bakery » (l’Ancienne boulangerie). Depuis le lancement de son entreprise en été 2013, Lamia a pu grandir et a des clients maintenant à travers la Tunisie notamment à Sousse, Tunis et Kairouan. Récemment, Lamia a remporté le Prix WES de l’Entreprise Féminine et utilisé les fonds pour lancer une nouvelle ligne de produits de pâtisserie et moderniser le look de sa boulangerie pour attirer de nouveaux clients.

Rachida Gannouni

Secteur d’affaires: Vêtements

Avant son arrivée au Centre WES de L’association Tunisienne de Gestion et de Stabilité Sociale (TAMSS) à Tunis, Rachida Gannouni avait entreprise à domicile enregistrée spécialisée dans la confection des uniformes et des vêtements de travail et qui emploie quatre femmes. A cette époque, Rachida avait un système de comptabilité dans lequel elle ne séparait pas son entreprise de son budget familial; elle n’a jamais été en mesure de faire la distinction entre les dépenses et les profits.

Rachida a rejoint le programme WES tout en ayant en tête deux objectifs clairs: 1) élargir son entreprise et d’acheter de nouvelles machines à coudre, et 2) commencer à payer la sécurité sociale et l’assurance pour ses employés. Elle s’est inscrite aux cours de formation WES en Entrepreneuriat, Leadership et e-Commerce et depuis, elle a aussi participé à des cours de formation en informatique à travers le Centre.

En plus d’investir dans de nouvelles compétences, Rachida a élaboré un plan d’affaires. « Je révise maintenant mon plan d’affaires presque tous les soirs à la maison », a-t-elle expliqué. L’équipe WES de l’association TAMMS l’assiste pour acquérir des prêts de la BFPME (Banque de financement de la petite et moyenne entreprise) pour développer ses affaires et accéder à des marchés plus intéressants tels que les universités, les hôpitaux et les laboratoires. Avec l’aide du programme WES, Rachida a déterminé qu’elle avait besoin de 120 000 dinars tunisiens pour acheter de nouvelles machines et déménager à un espace de travail plus grand. Rachida a adopté plusieurs nouvelles pratiques commerciales qui l’ont immédiatement aidé à développer son activité, gagner plus de profits, et décrocher le grand contrat international. Comme elle l’explique, «Je m’attends à une augmentation de 50% dans les bénéfices que je ferais d’ici le mois prochain puisque maintenant je connais mes priorités ».

Rachida a réussi à obtenir son premier grand contrat international avec un client en Arabie Saoudite. Ce nouveau contrat est en train d’aider Rachida à réaliser son rêve de diversifier sa gamme de produits. Pour son premier projet, elle va faire des tapis de prière peints faits main et elle a l’intention de continuer à développer son stock.

Boudour Khthiri

Secteur d’affaires: Food Service
Lorsque le Centre WES de TAMMS a ouvert ses portes en novembre 2012, Boudour Khthiri était arrivée avec une idée de laquelle elle n’a pas cessé de rêver depuis longtemps ainsi que de l’engagement pour pouvoir la concrétiser. Dans un peu moins de six mois, Boudour a complété les cours de formation WES en Entrepreneuriat et Leadership et a élaboré un plan d’affaires. Elle a également travaillé pour affiner ses compétences en pâtisserie dans un centre de formation spécialisé. Engagé à soutenir son idée d’entreprise, le mari de Boudour, Radhouane Cherif, a vendu son taxi pour financer le projet. Ensemble, ils ont transformé une grande camionnette en leur propre camion de nourriture. En avril 2013, Boudour et Radhouane ont lancé leur « Caravane » qui vend des aliments aux familles et aux travailleurs vivant dans le quartier Ennasser à Tunis. C’est quoi le menu? Boudour a l’intention d’offrir un menu tournant avec des offres saisonnières. En automne et en hiver, ils vont vendre des sandwiches et des pizzas faites à la maison et, en été, ils offrent de la crème glacée et des crêpes. Comme Boudour a déclaré dans une interview: « Ce projet a changé ma vie et a fait de moi une personne différente. Je me sens maintenant comme un combattant qui se réveille chaque jour pour changer sa vie pour le mieux. J’ai plus de confiance en moi et je me sens plus forte! Je suis sûre que je peux réussir! »